Real Time News
for Human Resources Governance

Les travailleurs veulent que leur employeur fasse un geste pour la planète

Les travailleurs, et principalement les jeunes recrues, insistent de plus en plus pour que leur employeur contribue à la sauvegarde de la planète (93 %) et investisse dans des projets sociaux (86 %). L’accomplissement d’un travail sensé l’emporte désormais sur la rémunération et la carrière. Les travailleurs sont de plus en plus nombreux à percevoir la formation continue plutôt comme un moyen d’épanouissement personnel que comme un instrument de carrière. Tel est ce que révèle le nouveau Baromètre du Travail établi par La Maison des Tendances. Même si elle a été réalisée en Flandres, cette étude peut constituer un signal pour les employeurs actifs dans les autres parties du pays.

Zingeving en zelfontplooiing almaar belangrijker op het werk (communiqué de presse concernant le Baromètre du Travail, La Maison des Tendances, en néerlandais)

La Maison des Tendances

Le Brexit n’aura aucun impact sur vous ? Think again

Le scénario d’un hard Brexit est de plus en plus probable. Cette solution coûtera des emplois surtout pour les entreprises n’ayant en réalité aucun contact avec le Royaume-Uni. De nombreux départements RH belges admettent qu’ils ne sont pas bien préparés et qu’ils devront recruter des collaborateurs externes.

Près d’un professionnel RH et payroll sur trois craint que son organisation manque des compétences requises pour faire face au Brexit (SD Worx)

Le SPF Économie a mis en place le Brexit Impact Scan. « Le Brexit peut toucher toute entreprise, même si vous ne vous en rendez pas immédiatement compte. », dixit le SPF.

 Avant-projet de loi relatif au retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (communiqué de presse du gouvernement fédéral)

Trop peu de spécialistes IT ? Cherchez ailleurs !

En cas de pénurie importante, il faut oser sortir des sentiers battus. En collaboration avec le VDAB, le Forem et Actiris, SAP entend former quelque 1000 profils non-IT, dont des étudiants et des demandeurs d’emploi, pour en faire des consultants IT. La formation s’étale sur 50 jours ouvrables et garantit aux participants un travail bien rémunéré.

SAP entend combler l'écart numérique avec les sans-emploi et les... étudiants en histoire de l'art (Datanews)

Équilibre travail/vie privée : les jobs les plus attractifs affichent de piètres scores

Randstad publie une étude intéressante sur l’attractivité des professions. Voici le top 5 des métiers les plus attractifs : ingénieur, pharmacien, médecin, architecte et ingénieur logiciel. Paradoxalement, ces professions affichent de piètres scores en termes d’équilibre entre travail et vie de famille. La rémunération reste de toute évidence un critère essentiel. Parmi les jobs les moins attractifs, citons celui de collaborateur de call center, de concierge, de serveur et de gardien de prison. Le métier de chauffeur de taxi arrive quant à lui bon dernier du classement.

Le métier d’ingénieur reste le plus attractif (Randstad, résumé de l’étude, avec graphiques)

L’attractivité des professions en Belgique (Randstad, étude complète, pdf, 60 pages, téléchargement direct et gratuit)

Plutôt payer 32.000 euros que d’investir dans de nouvelles compétences

Si les secteurs en avaient décidé autrement, ils disposeraient actuellement de fonds importants pour augmenter l’employabilité d’un travailleur licencié sur 10. Combien ? Acerta en a chiffré le montant à 32.000 euros par travailleur concerné. Mais ils préfèrent verser l’argent. La loi relative au statut unique reste lettre morte au même titre que la sanction qui y est prévue. « Une occasion manquée », écrit Dirk Wijns, collaborateur chez Acerta Consult.
Les statistiques lui donnent raison : le SPF Emploi signale en effet à présent que la politique en vigueur ne parvient pas à améliorer l’activation des chômeurs.

Un travailleur sur dix perçoit une indemnité de rupture de contrat pendant une période de plus de 30 semaines (Acerta)

Le marché du travail belge en 230 tableaux: un marché du travail à deux vitesses (SPF Emploi)

Priorité pour les RH : « learnability »

Exceller dans le recrutement et la gestion de collaborateurs présentant une capacité d’apprentissage et d’adaptation très développée s’impose comme la priorité numéro un pour les RH. Telle est la conclusion d’une enquête internationale réalisée par ManpowerGroup auprès de 19.000 employeurs. Ce constat s’explique par la nécessité pour les entreprises de gérer en les changements.

ManpowerGroup présente 15 nouvelles tendances du monde du travail (le Human Age) (ManpowerGroup, avec graphique)
(ManpowerGroup, avec graphique)

Les employeurs à la recherche d’informaticiens au Maroc

La pénurie d’informaticiens est dramatique. Le VDAB et les organisations flamandes des employeurs se tournent donc vers le Maroc. C’est une première. L’assouplissement des règles en matière de migration économique par le gouvernement flamand facilite désormais cette procédure.

La Flandre se tourne vers le Maroc pour trouver des informaticiens
(La Libre)

Les plus de 55 ans gagnent 75 % de plus que les jeunes salariés

Le salaire brut d’un employé de 55 ans ou plus est supérieur à celui de son collègue de 25 ans. Il gagne en moyenne 75 % de plus. Cette différence est en partie due au fait qu’une fonction supérieure, mieux rémunérée, va souvent de pair avec une ancienneté plus importante. Mais les augmentations barémiques quasi automatiques, parfois même sans promotion, jouent également un rôle important.

Le salarié de 55 ans gagne 75 % de plus que celui de 25 ans (L'Echo)

Quand les meilleurs candidats osent insister, les employeurs cèdent

Les candidats possédant les qualifications et aptitudes requises osent demander des salaires de plus en plus élevés lors d’un entretien d’embauche. Conséquence : pas moins de 7 managers sur 10 chargés du recrutement ont récemment dû augmenter le budget prévu pour l’engagement de certains candidats. « Proposer d’emblée un bon salaire est préférable à commencer par une proposition de salaire plus basse afin de garder une marge pendant les négociations. »

Engager les meilleurs candidats coûte de plus en plus cher (HRSquare)

 

« Offrez une seconde carrière à vos quarantenaires »

Les travailleurs du secteur privé en Belgique ont une moyenne d’âge de 42,3 ans. La médiane se situant à 43 ans, cela signifie donc que la moitié des travailleurs est plus âgée. C’est ce que nous apprend une étude d’Acerta. À cet âge-là, ils ont - dans les circonstances actuelles - encore 20 ans de carrière devant eux. « 42 ans, ce n’est pas vieux. Cette notion devrait suffire à envisager un deuxième parcours de carrière prometteur. »

Le travailleur belge a 42 ans (Acerta)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.