Real Time News
for Human Resources Governance

Subventions pour les projets burn-out

Entre le 1er juin et le 31 juillet, les employeurs peuvent à nouveau demander une subvention de 8.000 euros pour financer des projets-pilotes destinés à la prévention primaire du burn-out. Les formulaires de demande sont sur le site Web du Conseil National du Travail (CNT). Vous y trouverez également tous les détails sur le sujet.

Projets destinés à la prévention primaire du burn-out au travail - De quoi s’agit-il ? (Conseil National du Travail)

Lire aussi :

Nouvel outil (gratuit) pour mesurer le burn-out (HR Alert, 21 mars 2019)

Peu de supérieurs hiérarchiques repèrent à temps les signaux de stress et de burn-out (HR Alert, 16 novembre 2019)

Prévenir le burn-out ? Chantons ensemble !

Une chorale au sein de l’entreprise est aussi efficace que des cours de gymnastique pour lutter contre l’épuisement mental. Lorsque les membres du personnel chantent ensemble, on constate des effets étonnamment positifs : solidarité, joie, détente, reconnaissance pour l’occasion qui leur est donnée de se dépasser ou de voir éclore un talent caché. Au Royaume-Uni, ce concept séduit depuis de nombreuses années déjà.

The surprising benefits of singing at work (Quartz, online magazine)

Nouvelles règles concernant le CO2 respiré par vos collaborateurs

Le Code sur le Bien-être au Travail a été adapté. De nouvelles règles concernant la qualité de l’air dans les « locaux de travail » entreront en vigueur dès le 31 mai 2019. L’employeur doit effectuer une analyse de risque et prendre des mesures afin que la concentration de CO2 soit inférieure à une valeur limite déterminée. Lorsque d’un point de vue technique, les adaptations ne peuvent pas encore être réalisées, l’employeur doit élaborer un plan d’action par étapes.

Nouvelles règles pour la qualité de l'air intérieur dans les locaux de travail (Attentia)

Allocation majorée pour le congé thématique des parents isolés

Les travailleurs isolés qui prennent un congé thématique pour leur enfant bénéficient depuis le 1er mai 2019 d’une majoration de 14 % de leur allocation d’interruption. Cette augmentation est d’application aussi bien pour les interruptions à temps plein qu’à temps partiel, et pour une réduction d’1/5e temps. En revanche, les allocations d’interruption dans le cadre d’un crédit-temps ne sont pas augmentées.

Les allocations de congé thématique augmentent pour les travailleurs isolés avec enfant(s) à charge (Ella / SD Worx)

Licenciement après plainte pour harcèlement : patron condamné en appel

Lorsque des travailleurs portent plainte pour harcèlement contre leur employeur, ils bénéficient de la protection prévue par la loi, avant même que l’employeur n’en soit formellement informé. Par la suite, une indemnité équivalant à 6 mois de salaire reste due à un plaignant licencié si l’employeur n’a pas pu prouver de manière convaincante qu’il ne s’agissait pas d’un règlement de compte.

Protégée dès le premier jour (L'Echo, analyse d’un arrêt de la Cour du Travail de Bruxelles du 3 octobre 2018)

L’épidémie de burn-out en stagnation ?

Le nombre de malades de longue durée pour inaptitude au travail est quasiment le même que l’année précédente, et ce pour la première fois en dix ans. Comme l’a constaté Securex. Mais une nouvelle inquiétude se profile déjà pour les RH : la progression significative de l’absentéisme de courte durée pour maladie, avec une augmentation de 5% en une seule année.

Un point de basculement pour l’absentéisme bientôt atteint en Belgique ? L’absentéisme de moyenne et longue durée semble stagner, mais il y a plus d’absences de courte durée (Securex)

Lire également : Maladie de longue durée : la plus grande croissance est perçue chez les jeunes, les femmes, et dans les grandes entreprises (Partena Professional)

Les blessés graves sont de plus en plus souvent de nouvelles recrues

Les victimes d’accidents de travail graves sont de plus en plus souvent des travailleurs ayant moins d’un an d’ancienneté dans l’entreprise. C’est le cas pour 40 % des accidents. L’âge ne joue aucun rôle. Selon Liantis, la pénurie de main-d’œuvre y serait pour quelque chose. Les candidats disposant d’une formation adéquate se font rares. L’employeur doit donc prendre des mesures.

4 accidents de travail graves sur 10 concernent des travailleurs ayant moins de 1 an d'ancienneté (Liantis)

Lire également : La tendinite reste la maladie professionnelle la plus fréquente
(Attentia)

La législation de réinsertion n’enraye pas la progression de l’absentéisme de moyenne durée

L’absentéisme pour maladie de moyenne durée ne cesse de toute évidence d’augmenter. Acerta en conclut que la loi de réinsertion ne porte pas ses fruits et met surtout en cause le fait qu’un trajet de réinsertion formel ne peut être lancé qu’après 4 mois. « Ce manquement dans la législation ne peut être une excuse pour l’employeur. Il doit intervenir dès le 1er jour de maladie. Même en cas de burn-out, l’employeur doit rétablir le contact dès que le travailleur se sent prêt. »

La législation de réinsertion manque sa cible : l’absentéisme pour maladie de moyenne durée a augmenté de 9,5 % depuis 2016
(Acerta)

Ne pas affecter les femmes enceintes à des équipes de nuit

Évitez d’affecter les femmes enceintes à des équipes de nuit. Le risque de fausse couche augmente de manière significative à partir de la 8e semaine de grossesse chez les femmes prestant deux nuits par semaine. Tel est ce que révèle une enquête danoise qui vient confirmer des études scientifiques antérieures.

Night work and miscarriage: a Danish nationwide register-based cohort study (article publié dans Occupational & Environmental Medicine, pdf, 7 pages, téléchargement direct)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.