Real Time News
for Human Resources Governance

Lutter contre la fraude à l'emploi des travailleurs étrangers

Les ministres fédéral et flamand de l'Emploi vont, ensemble, combattre les mises au travail abusives des ressortissants des nouveaux États membres européens en introduisant, entre autres, l'obligation d'enregistrement préalable des travailleurs. Ainsi, en Flandre, l'employeur qui veut engager un ressortissant d'un nouvel État membre, sur un chantier de construction par exemple, devra communiquer préalablement son intention. Les inspections seront renforcées afin de pouvoir, également, identifier les indépendants. A noter : le communiqué commun des ministres ne fait pas mention des régions bruxelloise et wallonne.

Le salaire des femmes toujours inférieur à celui des hommes

Malgré toutes campagnes de sensibilisation relatives à la discrimination salariale entre les hommes et les femmes, force est de constater que, en dix ans, les femmes n’ont toujours pas rattrapé leur retard. Ainsi, la ministre flamande de l’Egalité des chances Kathleen Van Brempt prend les choses en main. En Flandre, une femme exerçant exactement le même travail que son collègue masculin gagne, en moyenne, un quart de moins que lui. Selon les études, seule la moitié de ces différences salariales est due à divers facteurs objectifs. Pour les autres, il s’agit bien de discrimination. A souligner : au sein du secteur financier, le gouffre entre le salaire des hommes et celui des femmes atteint jusqu’à 45%.

Le Memento social de poche 2019 est maintenant disponible !

Quoi de plus frustrant que de s’égarer dans une immensité d’informations lorsqu’on recherche une réponse bien précise à sa question ? Partena Professional a la solution : le memento social de poche , avec à nouveau une multitude d’informations sociales précieuses dans l'édition 2019. Le mémento social de poche est un livret très pratique vers lequel se tourner à tout moment, quand il s’agit d’une question relative au :  droit du travail ; droit de la sécurité sociale ;
Advertorial

La Flandre met en place un plan "navetteurs"

30/11/2005

Afin de réduire les embouteillages aux heures de pointe, le gouvernement flamand vient d'approuver un plan "navetteurs". Objectif? Convaincre davantage de travailleurs de se rendre en transport en commun ou en vélo au bureau. Plus d'un quart des navetteurs flamands vivent en effet à moins de cinq kilomètres de leur lieu de travail.

61% des entreprises belges victimes de criminalité économique

Ces deux dernières années, 61% des entreprises belges ont été victimes d'actes de criminalité économique, soit 29% de plus qu'il y a deux ans et 16% de plus que la moyenne mondiale. Selon l'étude internationale (3 634 entreprises de 34 pays) réalisée par PricewaterhouseCoopers, en collaboration avec l'université Martin-Luther en Allemagne, l'impact financier pour les entreprises belges se chiffre, en moyenne, à 600 000 euros. Sans compter les coûts indirects dus à la dégradation des relations commerciales et de la réputation de l'entreprise, et à la démotivation du personnel.

Le Belgian Governance Institute porté sur les fonds baptismaux

29/11/2005

Sans conteste, en Belgique aussi, la bonne gouvernance d’entreprise acquiert de plus en plus d’importance. Il suffit de penser aux codes Lippens et Buysse. Ainsi, « L’institut des Administrateurs » récemment rebaptisé « Belgian Governance Institute », a pour objectif d’évoluer en un véritable centre de connaissance.

La majorité des Belges preste des heures supplémentaires non rémunérées

72% des Belges prestent des heures supplémentaires, 28% en font à titre exceptionnel. C'est ce qui ressort d'une enquête européenne réalisée par StepStone, spécialiste du recrutement en ligne, qui révèle également que pour 65% des Belges qui ont participé à l’enquête et qui prestent des heures supplémentaires, celles-ci ne sont pas payées. A l’échelle européenne, la Belgique se situe dans la moyenne.

La diversité sur le lieu de travail, économiquement rentable

83% des entreprises européennes appliquant des politiques en faveur de la diversité en tirent des avantages commerciaux, note un rapport de la Commission européenne. Les principaux avantages sont, entre autres, la possibilité de recruter de la main-d’oeuvre parmi un éventail plus large de travailleurs et de maintenir plus longtemps en poste les meilleurs d’entre eux, d’établir des relations communautaires plus solides et de donner une meilleure image de l’entreprise. Toutefois, près de la moitié de toutes les entreprises ayant répondu à l’enquête doivent encore introduire une telle politique. Le nouveau rapport met ainsi l'accent sur les politiques de la diversité qui favorisent l'absence de toute discrimination sur le lieu de travail pour des raisons d’origine ethnique ou raciale, de handicap, de religion ou de croyance, d’âge et d’orientation sexuelle.

La non-satisfaction au travail mène à la maladie

Les travailleurs peu satisfaits sont sujets au burn-out, à la baisse de confiance en soi, à l’anxiété et à la dépression. Selon une récente étude réalisée par la Lancaster University Management School et la Manchester Business School, le lien entre la satisfaction professionnelle et la santé physique et mentale des travailleurs est évident. Cette recherche du professeur Cary Cooper, portant sur 250.000 personnes, met en exergue tous les facteurs de satisfaction professionnelle : le travail en lui-même, le salaire, les chances de promotion, la supervision et les relations entre collègues.

PUBLICATION : Les options sur actions, un instrument stratégique

De nos jours, l’octroi d’options sur actions, réservée aux cadres et dirigeants d’entreprise, n’est plus très populaire. Parmi les raisons invoquées : l’incertitude créée par le législateur, comme le souligne Jean-Louis Davain, avocat, spécialiste des rémunérations, dans un ouvrage récemment publié.

La loi du 26 mars 1999 régissant la matière des options sur actions est incomplète et source d’incertitudes : elle n’aborde pas les effets de tels octrois sur le plan de l'impôt de société ni en droit du travail. En outre, elle ne tient pas compte des aspects comptables ni des règles belges ou internationales de corporate governance. Selon l’auteur, avocat chez Loyens, les options sur actions, instrument de rétention et de motivation, sont pourtant loin d’être enterrées. « L’attribution d’options sur actions dans le cadre du développement et de la croissance durable de l’entreprise est en l’occurrence un signe de maturité de la politique RH. » Les options sur actions permettent, en outre, à l’employeur « de fidéliser son management à l’entreprise pour des périodes de 5 à 10 ans et de le motiver à produire chaque année des résultats probants. » Elles offrent également des avantages en terme de transparence et de contrôle. « Un portefeuille salarial judicieusement constitué, comprenant notamment des options sur actions, s’inscrit parfaitement dans l’esprit et la lettre des règles nationales et internationales de corporate governance » explique J.L. Davain dans son ouvrage : « Les options sur actions : risques ou opportunités ? », publié chez Kluwer.

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.