Real Time News
for Human Resources Governance

Une guerre des talents inédite fait rage

Selon le dernier Baromètre de ManpowerGroup, pas moins de 83 % (sic) des employeurs ont du mal à trouver des candidats à l’emploi à la fois capables et possédant les "soft skills" souhaités. La crise corona et la numérisation accélérée ont mis la pression sur les compétences. Dans le même temps, alors que la crise touche à sa fin, les gens cherchent des occasions de se développer, de stimuler leur carrière ou de trouver un meilleur équilibre dans leur vie.

Le rythme des embauches va continuer à se renforcer pendant l’été… (ManpowerGroup)

Succès du bonus CCT 90 dans l'industrie

Dans l'industrie, qui compte 1 million de travailleurs, le bonus salarial CCT 90 est octroyé à 4 ouvriers sur 10. Chez leurs collègues bénéficiant du statut d'employé il s'agit de 28 %. Dans les deux catégories, le bonus salarial collectif fait désormais partie du top-5 des avantages. En outre, si les tendances dans le secteur de la construction se confirment, les employeurs peuvent s'attendre en plus à une augmentation des salaires bruts.

Un salaire compétitif dans l’industrie : top 5 des modes de rémunération supplémentaire (SD Worx)

Bouwsector bestrijdt war for talent met torenhoge voorwaarden (Hays Belgium, en néerlandais)

Attendre le candidat parfait n'est pas une bonne stratégie

En moyenne, une procédure de recrutement dure 3 mois. Trop long, disent les jeunes. En voulant trouver le candidat qui répond à tous les critères, les employeurs perdent du temps "et se privent de talents qui seraient tout aussi bons, botamment grâce à la formation continue."

Les Belges mettent en moyenne 3 mois pour trouver un nouvel emploi (Robert Half)

Permis unique : le gouvernement reconnaît l'échec

Le permis unique retarde l'embauche de travailleurs étrangers. C'est exactement le contraire de ce qui était prévu. La ministre De Block l'admet et annonce des mesures. La délivrance d'un permis unique sera plus rapide. Selon des analyses des médias, la prolongation sera moins kafkaïenne car un vol de retour vers le pays d'origine ne sera plus nécessaire.

Talents étrangers plus vite au travail dans les entreprises belges (site web de la ministre Maggie De Block)

Embaucher des travailleurs étrangers sera plus facile (L'Echo)

Lire également : Après un an de permis unique, qu’en est-il des métiers en pénurie ? (Securex)

Les patrons hésitent à licencier

En 2019, 15,3 % des contrats à durée indéterminée ont été résiliés en Belgique. C'est la première baisse en trois ans. Dans à peine 20 % des cas, l'initiative est venue de l'employeur. La pénurie de main-d'œuvre a clairement un effet. Depuis 2016, l'initiative revient plus souvent à l'employé qu'à son patron.

15 % des contrats à durée indéterminée résiliés en 2019 (Acerta)

Les spécialistes du bonheur au travail s'organisent

Pour endiguer l'absentéisme et l'épuisement professionnel, de plus en plus d'employeurs nomment un "chief happyness officer". Ces spécialistes ont dorénavant leur propre réseau : OCHO. Son objectif est de rassembler tous les professionnels qui estiment important de faire d'une politique de bien-être stratégique mûrement réfléchie une priorité au sein de leur entreprise.

Le bonheur au travail, nouvelle priorité des entreprises (L'Echo)

Ochocommunity.com

Lire également : Travailleurs en incapacité de longue durée ?  (Partena Professional)

Monde à l'envers : l'employeur pose sa candidature

La plateforme en ligne HireMe, qui vient d'être lancée en Belgique, applique l'inverse des méthodes traditionnelles de recrutement. C'est l'employeur qui pose sa candidature. Les demandeurs d'emploi actifs et latents créent un profil dans une base de données dans laquelle les employeurs, aidés par des algorithmes, effectuent des recherches. Le profil reste anonyme jusqu'à ce qu'un employeur manifeste son intérêt et que le candidat décide de prendre contact. HireMe revendique une base de données de 137 000 profils.

Les entreprises postulent auprès du candidat (communiqué de presse HireMe)

https://hireme.io

Les pensions complémentaires deviennent plus chères

82 % des entreprises offrent à leurs travailleurs un plan de retraite complémentaire par le biais de l'assurance Branche 21, selon Mercer. Les coûts pour l'employeur montent en flèche : +28 % en 5 ans. Alors, arrêter d"offrir cet avantage ? En ces temps de guerre pour les talents, c'est une décision très difficile à prendre.

À cause des faibles rendements, les plans de pension complémentaire sont 28 % plus chers pour les employeurs (Mercer)

Vacances illimitées contre les burn-out

Au sein de la grosse société de traduction bruxelloise Jonckers, chacun pourra bientôt prendre autant de congés (payés) qu'il le souhaite. Paradoxalement, la mesure est instaurée pour éviter l'absentéisme dû, entre autres, à l'épuisement professionnel. Le PDG y voit aussi un atout dans la guerre des talents. Jonckers compte plus de 170 employés permanents dans 10 pays.

Une entreprise belge lance les congés payés illimités (Le Soir)

Jonckers

Parlez moins d'argent, plus du contenu de la fonction

Pour convaincre un bon candidat à vous joindre, ou garder un bon travailleur, parlez moins de la rémunération et plus - et surtout - du contenu de la fonction et de flexibilité. C'est une des conclusions auxquelles mène un sondage Robert Half sur la satisfaction au travail.

1 salarié sur 5 accepterait un salaire inférieur en échange de l’emploi de ses rêves (Robert Half)

Nous plaçons des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité.

Nous en plaçons également à des fins statistiques, pour nos annonceurs et pour vous offrir des fonctionnalités sur les réseaux sociaux; pour les refuser; sélectionnez Plus d'informations.