Real Time News
for Human Resources Governance

Le tax shift rapporte quelque 140 euros nets au travailleur moyen

Dès janvier, un travailleur marié sans personnes à charge dont le conjoint perçoit des revenus professionnels propres gagnera 35 euros nets de plus pour un salaire brut de 3.000 euros. Depuis 2016, ce même travailleur aura vu son salaire net augmenter de 140 euros par mois, sans compter les indexations. Cela revient à une augmentation de 6,4 %. (Certaines taxes ont bien sûr été revues à la hausse). SD Worx a effectué ces calculs pour les revenus bruts compris entre 2.000 et 5.000 euros. Le tableau affichant les résultats de ces calculs a été mis en ligne.

Le tax shift augmentera à nouveau les salaires nets de 36 euros au minimum le 1er janvier 2019 (SD Worx)

Tax shift : baisse de 1 à 2% des frais salariaux

La disparition des réductions de cotisations structurelles est plus que compensée par la diminution des cotisations patronales de base. En fin de compte, selon le cas concret, les nouvelles mesures liées au tax shift ont réduit les frais salariaux de 1 à 2 %, dans le secteur privé et pour certaines organisations à but non lucratif. C’est-ce qu’a calculé Acerta.

Tax shift : réduction réelle des frais salariaux varie entre 1 et 2 % au lieu de 5 % (communiqué de presse d’Acerta)

Les PME n’anticipent pas de tsunami numérique

La plupart des dirigeants de petites et moyennes entreprises sous-estiment l’importance du progrès technologique en évolution rapide pour faire croître leurs activités, révèle une enquête de SD Worx. Ils y voient surtout une utilité pour réduire les charges salariales. Leur première préoccupation consiste à trouver les (bons) collaborateurs qui contribueront à la croissance.

Selon les PME, ne pas trouver de collaborateurs menace grandement la croissance en 2018 (communiqué de presse de SD Worx, avec graphiques)

Gain de 40 euros de salaire net grâce au tax shift

Le tax shift passera bientôt à la vitesse supérieure. Pour le travailleur moyen, cela se traduira par une augmentation du salaire mensuel net d’environ 40 euros, estime SD Worx. L’employeur, quant à lui, verra diminuer le coût salarial, grâce à la réduction des cotisations sociales patronales de base ; Securex a développé un outil qui effectue ce calcul compliqué.

Le tax shift fait grimper le salaire net de 1,5% jusqu’à 3% (SD Worx)

Le tax shift à partir de 2018 - Quel sera l’impact sur vos frais de personnel ? (Securex)

Bientôt la deuxième phase du tax shift

01/09/2017

Le 1er janvier 2018, les cotisations patronales de base baisseront de 30 à 25 %. Par ailleurs, la réduction structurelle des charges sociales disparaît, étant entendu que le forfait pour les bas salaires est maintenu. Tous les employeurs ressentiront par conséquent d’une manière ou l’autre l’impact du tax shift sur la charge salariale. Securex rappelle les grandes lignes.

Tax shift - L’accord d’été marque le début de la deuxième phase (Securex)

ONSS avantageuse du troisième au sixième engagement

15/11/2016

La réduction groupe-cible premiers engagements est élargie. Vous avez intérêt à attendre l’année prochaine pour engager un troisième, quatrième, cinquième ou sixième travailleur. Si vous avez déjà recruté un troisième, quatrième, cinquième ou sixième travailleur en 2016, mieux vaut attendre quatre trimestres complets pour encore engager. La mesure n’est pas encore officielle, mais tous les détails sont déjà connus.

Tout vient à point à qui sait attendre : faut-il attendre 2017 pour engager ? (Acerta)

Nouveaux montants de la réduction groupe-cible premiers engagements à partir du 1er janvier 2017 ! (EasyPay Group)

Travail en équipes et de nuit : attention aux écueils

Bénéficiez-vous de la réduction des charges pour travail en équipe et de nuit ? Sachez que ce volet du tax shift est plus compliqué à mettre en œuvre qu’il n’y parait et que l’administration fiscale se montre particulièrement vigilante. De plus, le jeu n’en vaut pas toujours la chandelle. Explications de Securex.

Renforcement du travail de nuit et en équipe, mais pas pour tout le monde (Securex)

Un quart de jeunes employeurs en plus

Le premier engagement à moindre coût instauré par le tax shift a entraîné jusqu'à présent une augmentation de 25 %, comparé à l’année dernière, du nombre d’indépendants qui passent au statut d’employeur. C’est ce que rapporte SD Worx. L’étude ne précise pas ce que cela représente en termes absolus, si bien que l’on se rend difficilement compte de l’impact de la mesure sur l’emploi.

Grâce au taxshift, 25% d'entreprises en plus engagent un premier travailleur (SD Worx)

À (re)lire également : Réduction tax shift connue de 13% du groupe cible (HR Alert du 24 juin 2016)

Réduction tax shift connue de 13% du groupe cible

Parmi les travailleurs indépendants et les entrepreneurs qui emploient de 1 à 5 travailleurs - le groupe-cible visé par la mesure - seuls 13 % déclarent savoir en quoi consiste la réduction des cotisations sociales pour premiers engagements, constate une étude de Securex. Un sur quatre l’ignore totalement, les autres en ont une vague idée. Cela fait six mois que les cotisations patronales de base sont totalement supprimées pour le premier engagement.

Taxshift : la réduction accrue accordée en cas de recrutement d’un travailleur supplémentaire reste méconnue (Securex)

Lire également Premiers engagements : tableau récapitulatif (HR Alert du 17 décembre 2015)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.