Real Time News
for Human Resources Governance

Travail occasionnel : 200 jours de prestation dans le secteur des pompes funèbres

Encore un nouveau statut ! À partir du 1er avril 2019, les employeurs du secteur des pompes funèbres pourront officiellement engager des travailleurs occasionnels en renfort. Ceux-ci pourront prester 200 jours (ou 800 heures) par an. C’est presque un mi-temps. Selon Liantis, ces limites ne sont toutefois pas enregistrées par l’ONSS. Les pensionnés occupés en tant que travailleurs occasionnels ne sont quant à eux soumis à aucune limite.

Nouveau statut pour les travailleurs occasionnels dans le secteur des pompes funèbres
(Liantis)

Grève : pensez au télétravail

Quid si, demain 13 février, l’un de vos collaborateurs a des problèmes pour faire garder son enfant et ne peut se présenter au travail ? Le droit du travail prévoit, en théorie, 6 solutions. Dans la pratique, la plupart de ces options ne s’appliquent toutefois pas en cas de grève annoncée. La solution la plus simple est le télétravail occasionnel.

Les enfants de vos travailleurs ne peuvent pas aller à l’école le 13 février prochain. Quelles solutions envisager en tant qu’employeur ?
(Acerta)

Comment rester productif pendant la vague de froid ?

Quid si ce maudit vortex polaire entraîne, aujourd’hui encore ou dans le courant de la semaine, le déclenchement de l’alerte travail à domicile sur le site de l’IRM ? Certains employeurs pourront alors se réjouir de s’être préparés à pareille éventualité. SD Worx nous rafraîchit la mémoire.« La balle est dans le camp de l’employeur, qui a tout intérêt à anticiper les mauvaises conditions météorologiques. »

L’alerte travail à domicile approche ? Les entreprises peuvent définir les règles du jeu dès maintenant
(SD Worx)

Des entreprises de la région de Charleroi mutualisent leur personnel

Une vingtaine d’entreprises industrielles de la région de Charleroi ont lancé une collaboration innovante via une plateforme web. Elles partagent leurs travailleurs et équipements lorsqu’elles peuvent s’en passer. Des négociations sont en cours avec l’inspection des lois sociales afin de réglementer les mises à disposition de personnel.

L’industrie mutualise son matériel et ses employés (DH.be)

Des CCT sectorielles interdisent l’épargne-carrière

Épargner des heures supplémentaires ou des jours de congé pour plus tard ? Ce principe semblait être bien accueilli. Un an et demi après l’entrée en vigueur de la loi Peeters, rien n’a encore été mis en place. Seules des entreprises du secteur de l’habillement et de la confection ont voulu instauré le régime de l’épargne-carrière. Les commissions paritaires compétentes le leur ont interdit. Les CCT adoptées sont valables 1 an.

Encore un peu de patience pour l’épargne-carrière ! (Partena Professional)

Lire aussi : Épargne-carrière : la loi Peeters entre en vigueur (HR Alert, 26 janvier 2018)

Plus de flexi-jobs, moins de contrats fixes

Cette année, les employeurs horeca compteront en moyenne 8,5 collaborateurs, soit 0,7 de plus qu’il y a deux ans. Un travailleur sur 5 sera un flexi-jobber, soit deux fois plus qu’en 2016. On s’attend à une nette diminution de la proportion de contrats de travail à temps plein et à temps partiel ‘normaux’. Celle-ci  passera de 48,7 à 42,4 %.

C’est ce qui ressort des calculs effectués par ADMB qui, à partir de septembre, constituera avec Provikmo et Zenito un nouveau groupe de services unique sous le nom de Liantis.En 2018, 1 travailleur de l’horeca sur 5 sera un flexi-jobber (Liantis)

Les nouveaux travaux devraient stimuler le télétravail

Les rénovations de tunnels, les gros chantiers routiers et le trafic toujours plus dense ne laissent rien présager de bon en termes de mobilité. Securex s’attend à ce que davantage de travailleurs optent pour le télétravail. Le lien avec l’entreprise n’en souffrirait pas, au contraire, à croire l’étude de benchmarking biennale du prestataires RH.

Près d'un Belge sur 4 peut choisir son lieu et ses horaires de travail (Securex)

Employer des freelances? "Ayez une stratégie!"

97 % des entreprises belges recourent aux freelances. Mais 68 % ne le font qu'en cas d'urgence. À terme, cette absence de stratégie formelle pourrait se retourner contre elles, soutient Jan Laurijssen de SD Worx. « La politique du personnel doit tenir compte de l'évolution de la population active ». Les RH ont du grain à moudre.

Seulement une entreprise belge sur trois dispose d’une stratégie formelle pour travailleurs indépendants (SD Worx)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.