Real Time News
for Human Resources Governance

Sanction pour les employeurs qui privent certains travailleurs à temps partiel d’heures complémentaires

Un travailleur à temps partiel peut légalement exiger qu’un poste vacant comportant plus d’heures de travail et pour lequel il a les compétences requises lui soit attribué en priorité. Désormais, le non-respect de cette obligation donnera lieu à une sanction pour autant toutefois que le travailleur soit un ancien chômeur bénéficiant d’une allocation de garantie de revenus (AGR) en sus de son salaire à temps partiel. Dans ce cas, l’employeur devra payer à l’ONSS une pénalité mensuelle. L’arrêté d’exécution a été publié. Plus de détails dans un article de Securex.

Vous avez un poste vacant ? Vous devez accorder la priorité aux travailleurs à temps partiel sous peine de sanction ! (Securex)

Nouveau cran dans la guerre des talents : primes de démarrage pour des jobs « ordinaires »

L’octroi de primes de signatures est une pratique assez courante pour les CEO et les vedettes sportives. Le groupe Plopsa va lui aussi attribuer des milliers d’euros aux nouveaux employés affectés à des postes ordinaires. Le jobsite de l’entreprise de parcs d’attractions affiche 10 postes vacants assortis d’un « signing fee » de 2.500 à 10.000 euros. Les collaborateurs visés sont, par exemple, un recruiter, un management assistant ou encore un construction calculator.

Plopsa Jobs

De plus en plus de candidatures via le smartphone

Un conseil : veillez à ce que le site de votre entreprise soit facilement accessible via les portables. Robert Half, fournisseur de services RH, constate, année après année, une augmentation du nombre de CV envoyés sur son site internet via des appareils mobiles. « Les candidats souhaitent pouvoir envoyer leur CV rapidement, en quelques clics. Vu la ‘guerre des talents’, il est important d’investir dans une expérience en ligne mobile et fluide.

Le lundi, jour favori des Belges pour postuler
(Robert Half)

Les PME n’ont jamais engagé autant de personnel

Le nombre de personnes occupées au sein des PME belges (jusqu’à 99 travailleurs) n’a jamais été aussi élevé qu’en mai 2018. C’est ce qu’il ressort de l’indice d’emploi PME de SD Worx. Bien que le pic se soit quelque peu réduit depuis, 2018 affiche à nouveau un record. Les petites et moyennes entreprises engagent davantage de plus de 60 ans que les grandes.

L'emploi au sein des PME belges a poursuivi sa hausse en 2018, mais à un rythme moins rapide
(SD Worx)

9 % des employeurs veulent étendre leur personnel

Les employeurs flamands qui envisagent d’augmenter leurs effectifs n’ont jamais été aussi nombreux depuis 3 ans. Le Baromètre ManpowerGroup indique également des intentions de recrutement fortes pour le prochain trimestre en Wallonie et à Bruxelles. La demande de main-d’œuvre supplémentaire augmente dans 9 secteurs sur 10 et surtout dans le secteur de l’Électricité, gaz et eau et celui du Transport et de la logistique.

Près d’un employeur belge sur dix prévoit des embauches au cours du 2e trimestre 2019 (ManpowerGroup)

Les travailleurs veulent que leur employeur fasse un geste pour la planète

Les travailleurs, et principalement les jeunes recrues, insistent de plus en plus pour que leur employeur contribue à la sauvegarde de la planète (93 %) et investisse dans des projets sociaux (86 %). L’accomplissement d’un travail sensé l’emporte désormais sur la rémunération et la carrière. Les travailleurs sont de plus en plus nombreux à percevoir la formation continue plutôt comme un moyen d’épanouissement personnel que comme un instrument de carrière. Tel est ce que révèle le nouveau Baromètre du Travail établi par La Maison des Tendances. Même si elle a été réalisée en Flandres, cette étude peut constituer un signal pour les employeurs actifs dans les autres parties du pays.

Zingeving en zelfontplooiing almaar belangrijker op het werk (communiqué de presse concernant le Baromètre du Travail, La Maison des Tendances, en néerlandais)

La Maison des Tendances

Recruter : aussi simple que swiper sur Tinder ?

C’est la Saint-Valentin ! L’occasion donc de lorgner les technologies type Tinder destinées à trouver les candidats idéaux pour les employeurs. Jetons un coup d’œil sur le site français FocusRH. La question qu’il convient de se poser avant tout est la suivante : algorithmes et gestion des ressources humaines peuvent-ils vraiment fait bon ménage ?

Algorithmes et ressources humaines peuvent-ils faire bon ménage? (FocusRH)

L’IA pour mesurer ce qui motive un collaborateur

Attuned a développé un outil comme il en existe de plus en plus dans le monde RH. Il combine aspects de la psychologie du travail et technologies de l’information, telles que l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique. L’entreprise japonaise prétend mesurer ce qui motive un collaborateur sur la base d’un questionnaire. Après avoir répondu à 55 questions, ce dernier obtient un score pour onze dimensions. Cet outil fournit des indications utiles pour la politique de rétention. Il permet également de déceler les motivations des candidats et d’éviter ainsi des recrutements inadaptés.

Attuned

A Japanese startup created a 55-question test that uses AI to pinpoint exactly what makes employees tick, and companies are paying thousands to use it (Business Insider)

Devenir employeur n’est pas compliqué et dope la marge bénéficiaire

Avis aux 760.000 entreprises unipersonnelles du pays : engager un premier travailleur n’est pas aussi compliqué et risqué qu’on ne le pense et améliore la marge bénéficiaire, la solvabilité et les chances de survie de l’entreprise. Tel est ce que révèle une enquête de suivi minutieuse réalisée par Partena Professional auprès de quelque 1000 indépendants devenus employeurs en 2016.

Le recrutement d‘un premier employé propulse le chiffre d’affaires (+44%) et la marge bénéficiaire (+63%) (Partena Professional)

Sélectionner et recruter sans enfreindre le RGPD

Les règles instaurées par la directive UE sur la protection de la vie privée sont également d’application dans le cadre du processus de sélection et du recrutement. Les questions, par exemple, doivent être pertinentes au regard de la fonction et de la phase de la procédure de sélection. La prudence est donc de mise si vous avez recours à des questionnaires standard. Agoria propose un premier fil conducteur. Notez que la Belgique n’a pas encore fixé de délai de conservation pour les données recueillies auprès les candidats.

GDPR : à quoi devez-vous être attentif en matière de sélection et recrutement ? AGORIA

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.