Real Time News
for Human Resources Governance

1 sur 5 au bord de l'épuisement

Le test de prévention de l'épuisement professionnel de Bright Link, start-up liée à l'UCLouvain, a été effectué 5000 fois. Un travailleur sur cinq s'approche dangereusement d'un burnout. Principales causes : l'organisation du travail (instructions contradictoires et charge de travail élevée), la personnalité (désir de perfection, prédisposition névrotique) et l'hyperconnectivité, qui favorise la perte de concentration et l'oubli. Le BPT veut aider les entreprises à faire face aux risques.

Un salarié sur cinq est en risque d'épuisement (L'Echo)

Lire également :

Un test en ligne détecte le risque de burn-out (HR Alert, 23 janvier 2018)

Les employeurs négligent les risques psychosociaux (HR Alert, 5 juin 2018)

La crise de l'épuisement est globale. Quelques autres références :

  • Octanner, firme RH américaine spécialisée, conclut que les entreprises "toxiques" sont la cause principale de l'épuisement professionnel, plus que la charge de travail ou le type de travail : Burnout (communiqué de presse sur le Rapport mondial sur la culture 2020, Octanner)
  • L'épuisement professionnel est un long processus qui, après des années, conduit dans de trop nombreux cas à l'utilisation d'antidépresseurs : Organizational predictors and health consequences of changes in burnout : A 12-year cohort study, Michael P. Leiter and others, Journal of Organizational Behavior 34, 959-973 (2013) (pdf, 15 pages, téléchargement direct, pour les spécialistes)

Le malaise des chefs : 1 sur 2 n'aime pas diriger

Presque 1 manager sur 2 en Belgique n'aime pas diriger. Plus d'un sur dix fait des cauchemars au sujet de sa position. Cela ne devrait pas surprendre : 4 managers sur 10 n'ont jamais suivi de formation appropriée, et parmi ceux qui l'ont fait, la moitié disent que cette formation ne valait pas grand chose. 7 chefs sur 10 ont embauché du personnel sans jamais avoir suivi une formation. Les résultats de la nouvelle enquête de StepStone .

Presque la moitié des managers belges n’aiment pas être chef (StepStone)

Lire également :

Les managers dans le desarroi (HR Alert, 27 septembre 2019)

Les cadres moyens épuisés par les réorganisations (HR Alert, 5 février 2019)

Les 3 impératifs d'un bon chef

08/11/2019

De leur supérieur direct, les travailleurs attendent principalement qu'il commente la façon dont ils font leur travail, qu'il soit clair sur ce qui fait partie ou non de leurs tâches, et qu'il prenne fréquemment le temps pour des conversations personnelles. C'est ce que montre une enquête menée par StepStone en Belgique. Une proportion inquiétante de 40 % des répondants déclare déjà avoir quitté une entreprise à cause d'une mauvaise relation avec leur supérieur immédiat.

4 belges sur 10 ont déjà démissionné à cause de mauvais rapports avec leur manager (StepStone)

Lire également : Le futur est déjà là, mais certains employeurs l’ignorent (HR Alert, 17 janvier 2019)

Nouvelle preuve de l'inefficacité du travail de bureau

Afin d'améliorer l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée de ses 2300 employés, Microsoft Japon a testé en août la semaine de travail de 4 jours tout en maintenant le plein salaire. Les réunions ne pouvaient excéder 30 minutes, les réunions virtuelles (par appel vidéo, par exemple) étaient préférées aux déplacements. Les résultats ont été spectaculaires. La productivité du travail a fait un saut de 40 %, tandis que les coûts ont chuté.

Travailler moins pour produire plus: test concluant pour Microsoft Japon  (La Libre)

Microsoft Japan tested a four-day work week. Productivity jumped by 40% (The Guardian)

Lire également :

Terminer à 13 h et être payé à temps plein (HR Alert, 31 octobre 2019)

Prévenir l'épuisement mental ? Travailler en silence et (presque) sans e-mails (HR Alert, 15 octobre 2019)

Une commune instaure la semaine des 4 jours pour les 55 ans et plus (HR Alert, 11 juillet 2019)

Semaine de 30 heures sans perte de salaire (HR Alert, 4 octobre 2018)

Votre écran d'ordinateur nuit gravement à votre santé

Une étude britannique brosse un tableau hallucinant des conséquences physiques et mentales quand à longueur d'années on passe ses journées de travail devant un écran d'ordinateur. Le thème reçoit enfin l'attention qu'il mérite. Le coupable numéro un, rester assis trop longtemps, augmente même le risque de cancer. D'autres tendances dans notre façon de travailler déclenchent également des signaux d'alarme. "L' employeur qui veut des employés en santé et productifs doit agir."

Un article dans Le Soir souligne l'étude : Voici l'impact d'une carrière entière devant un ordinateur.

Le rapport de recherche est clair et concis, voici le lien : The Work Colleague of the Future - A report on the long-term health of office workers (Fellowes, pdf, 16 pages, téléchargement direct)

Terminer à 13 h et être payé à temps plein

Travailler de 8 h à 13 h, tout en étant payé à temps plein, c'est ce que font depuis 2017 les 16 travailleurs d'une entreprise informatique allemande. L'idée vient du patron, Lasse Rheingans. Il a banni toutes les distractions et pertes de temps. Selon lui, ses employés en sont plus détendus, plus heureux et en meilleure santé. Ils viennent au bureau pleins d'énergie et prêts pour 5 heures de vrai travail. Les clients sont contents. Le secret de Rheingans : faire régner le silence et la concentration. Facebook, c'est pour après 13 h...

Une entreprise teste la journée de 5 heures... sans réseaux sociaux ni téléphones (Figaro Décideurs)

Lire également : Prévenir l'épuisement mental ? Travailler en silence et (presque) sans e-mails (HR Alert, 15 octobre 2019)

La science confirme l'effet du bonheur sur la productivité

Les travailleurs de centres d'appels qui se disent "très heureux" dans une semaine donnée, vendent 13% de plus que dans une semaine où ils se sentent "très malheureux". C'est ce que révèle une étude britannique. Ce qui est particulier, c'est que cette fois, le lien de causalité entre le degré de bonheur et la productivité du travail a pu être démontré statistiquement.

Does Employee Happiness Have an Impact on Productivity? (résumé)

Bellet, Clement and De Neve, Jan-Emmanuel and Ward, George, Does Employee Happiness Have an Impact on Productivity? (October 14, 2019). Saïd Business School WP 2019-13 (étude complète, pdf, 47 pages, téléchargement direct)

Pourquoi les femmes au sommet obtiennent de meilleurs résultats

Une étude à long terme montre qu'en moyenne, les femmes PDG obtiennent des résultats nettement supérieurs en termes financiers. Selon les chercheurs, l'explication semble se trouver dans le processus de sélection. Les conseils de direction qui doivent nommer un PDG veulent être plus sûrs de leur choix lorsqu'une femme pose sa candidature (sic) et adoptent dès lors une position plus critique. Par conséquent, les femmes qui obtiennent le poste sont en moyenne plus performantes que les hommes qui deviennent PDG. Si les mêmes critères étaient appliqués, il n'y aurait en moyenne pas de différence entre les résultats obtenus par une femme ou un homme PDG.

#ChangePays: There Were More Male CEOs Named John than Female CEOs (S&P Global Market Intelligence)

#ChangePays (rapport complet, pdf, 26 pages, téléchargement direct)

Prévenir l'épuisement mental ? Travailler en silence et (presque) sans e-mails

Travailler deux heures tous les matins dans un silence absolu, et réduire au maximum les courriels. Voilà comment le patron d'une société d'ingénierie brugeoise lutte contre l'excès de stimuli et d'interruptions. Il veut que ses collaborateurs puissent rentrer chez eux à 16 h 30, satisfaits du travail accompli. "Je suis responsable de leur santé mentale." Son rêve : bannir le smartphone.

Liantis awards 2019 dans la catégorie Bien-être et Prévention: découvrez qui sont les gagnants (Liantis)

Le " bureau sur roues " battu par les transports publics

A ranger parmi les fausses bonnes idées : la navette en car faisant office de bureau. Le " Kantoorbus " pour les navetteurs entre quelques grands centres en Flandre (et Bruxelles) n'a jamais trouvé sa vitesse de croisière. Un an après le début de l'expérience, 8 des 9 lignes fixes ont été supprimées à cause du manque de passagers. Seule la liaison entre Gand et l'aéroport de Zaventem est encore active. "Nous offrions trop peu de flexibilité par rapport aux transports publics." Le bureau roulant pour les travailleurs de Colruyt entre Gand et Hal, quant à lui, est toujours en activité.

Kantoorbus voor Vlaamse pendelaars flopt (hln.be)

Site web du Kantoorbus en néerlandais et en anglais

La journée commence dans le bus, chez Colruyt (HR Alert, 23 août 2016)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.