Real Time News
for Human Resources Governance

Les pénuries frappent durement les PME

Les petites et moyennes entreprises sont confrontés à de gros problèmes de recrutement. Plus de la moitié se voient obligés à "ajuster" leurs critères parce que le profil souhaité est aux abonnés absents. En outre, ils enregistrent trop peu de réponses aux offres d'emploi (36,4 % ; en Flandre 43,8 %). Les plus difficiles à pourvoir sont les postes vacants pour les employés.

PME : à la recherche de la perle rare sur le marché de l’emploi (SD Worx)

La pression sur les salaires augmente

Les salaires de départ sont en hausse. De nombreuses augmentations salariales ont déjà été accordées en 2019 et 27% des employés s'attendent à recevoir une augmentation au cours du premier semestre 2020. Robert Half en fait état à l'occasion de la publication de son Guide des Salaires 2020 (lien de téléchargement ci-dessous). Le spécialiste en recrutement rappelle que même dans un marché du travail toujours tendu, attirer et retenir les talents ne se limite pas aux salaires. En effet, 70% des travailleurs attachent plus d'importance à la culture de l'entreprise, aux opportunités de carrière ou à la flexibilité du package salarial.

27 % des employés belges s’attendent à une augmentation au premier semestre 2020 (Robert Half)

Guide des Salaires 2020 (Robert Half, pdf, 28 pages, téléchargement direct)

Les intentions des régions en matière d'emploi

Les gouvernements wallon et flamand souhaitent augmenter le taux d'emploi. A Bruxelles, l'accent est mis sur un accompagnement meilleur et plus rapide des demandeurs d'emploi. Les accords de coalition n'ont pas encore été traduits en mesures concrètes, mais ils indiquent ce que les ministres ont l'intention de faire. EasyPay Group a dressé une liste de ces intentions.

Accords des gouvernements régionaux : à quoi peut-on s'attendre ? (EasyPay Group)

Le manque de candidats touche de plus en plus les PME

Près de 4 petites et moyennes entreprises sur 10 ont déclaré des postes vacants " surtout à long terme " en septembre. Une forte augmentation qui est principalement due à l'industrie et à la construction. Au niveau national, 8 % des PME ont des postes qui sont vacants depuis plus d'un an ; en Flandre occidentale ils sont 17 %.

De plus en plus de PME éprouvent des difficultés à pourvoir les postes vacants (SD Worx)

"Pas d'avenir dans les banques ? Bien au contraire"

La révolution numérique secoue le monde financier. Les restructurations font penser beaucoup de gens que le secteur offre peu d'opportunités de carrière. L'inverse est vrai, souligne le spécialiste du recrutement Hays. La demande pour certains profils est très forte. Il s'agit principalement de spécialistes des placements d'argent, du crédit et de l'assurance.

Spécialiste en banque et assurances, un métier en pénurie malgré la réduction des effectifs due à la numérisation (Hays)

Record du taux d'emploi et recul du chômage

71 % des 20-64 ans travaillent. C'est le chiffre le plus élevé jamais enregistré dans notre pays. En Flandre, le taux d'emploi atteint 76%, en Wallonie 65,2% et à Bruxelles 61,7%. Parallèlement, le taux de chômage national est tombé à 5,4 %, le niveau le plus bas depuis les années 1980. Si la Belgique veut tenir ses engagements européens, Bruxelles et la Wallonie doivent obtenir de meilleurs chiffres. Les employeurs flamands éprouvent déjà des difficultés à trouver du personnel supplémentaire.

Le taux d'emploi grimpe à 71 % (Statbel)

Voir la personne, pas son cv

On entend souvent que les employeurs doivent apprendre à évaluer le potentiel d'un candidat, plutôt que de sélectionner sur la base d'un cv. Mais comment s'y prendre ? Le Soir raconte l'expérience d'une entreprise qui a relevé le défi. Parmi les résultats : un chauffagiste et une femme au foyer devenus experts en cybersécurité.

Quand la pénurie de main d’œuvre force les entreprises à revoir leurs méthodes (Le Soir)

Le Baromètre du ManpowerGroup positif dans 9 des 10 secteurs

Seul un employeur belge sur 100 s'attend à une diminution du nombre de ses salariés au quatrième trimestre. 7 sur 100, en revanche, se préparent à engager du personnel supplémentaire. Le Baromètre ManpowerGroup continue de prédire de bonnes conditions climatiques sur le marché du travail, trimestre après trimestre, cette fois-ci pour les 3 régions et pour 9 des 10 secteurs.

Les employeurs belges se préparent à recruter au cours du quatrième trimestre (ManpowerGroup)

KBC supprime 1800 jobs en Belgique

Ne voulant pas devenir "le Nokia du secteur financier", KBC supprime 1800 postes de travail en Belgique, dont 400 emplois de consultants externes. En ce qui concerne les 1400 postes en interne, l'opération, étalée sur 3 ans, se fera sans licenciements, et principalement en ne remplaçant pas ceux des 13.500 employés actuels qui partiront à la retraite. Certaines activités seront délocalisées vers la Tchequie et la Bulgarie. Le bancassureur parle d'une "optimalisation" pour pouvoir réagir plus rapidement aux évolutions du marché, entre autres en diminuant le nombre de cadres moyens.

KBC supprime 1.400 emplois en Belgique: il n’est pas question de licenciements secs (Le Soir)

Afflux discret d’Indiens

Ce ne sont pas les Marocains, les Turcs, les Polonais ou les Roumains qui viennent en tête de liste des ressortissants étrangers travaillant en Belgique. À l’exception des Polonais qui occupent la 6e place, ces nationalités ne figurent pas dans le top 10. Le top 3 comprend les Français, les Néerlandais et - surprise - les Indiens, généralement discrets, qui sont 15 fois plus nombreux qu’il y a 4 ans. Dans le top 3 des employeurs occupant du personnel non belge, on retrouve d’ailleurs en troisième place une entreprise basée en Inde. L’emploi de travailleurs étrangers a quadruplé en 4 ans.

L’emploi de travailleurs de nationalité étrangère a pratiquement quadruplé en quatre ans en Belgique (SD Worx)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.