Real Time News
for Human Resources Governance

Trouvez LE défi pour garder vos talents

Les talents motivés seront moins vite tentés d’aller voir ailleurs. Dès lors qu’une entreprise compte quelque 200 collaborateurs, le département RH a beaucoup de mal à suivre chaque membre du personnel. Qu’à cela ne tienne, il existe bien entendu une application pour cela. La scale-up gantoise Intuo propose un logiciel qui vérifie dans quelle mesure des fonctions vacantes peuvent convenir à des collaborateurs individuels. SD Worx compte désormais parmi les clients de cette entreprise en pleine croissance. Le fournisseur de services RH va proposer les outils Intuo à ses clients.

SD Worx conclut un partenariat avec intuo (SD Worx)

Trop peu de spécialistes IT ? Cherchez ailleurs !

En cas de pénurie importante, il faut oser sortir des sentiers battus. En collaboration avec le VDAB, le Forem et Actiris, SAP entend former quelque 1000 profils non-IT, dont des étudiants et des demandeurs d’emploi, pour en faire des consultants IT. La formation s’étale sur 50 jours ouvrables et garantit aux participants un travail bien rémunéré.

SAP entend combler l'écart numérique avec les sans-emploi et les... étudiants en histoire de l'art (Datanews)

Quand les meilleurs candidats osent insister, les employeurs cèdent

Les candidats possédant les qualifications et aptitudes requises osent demander des salaires de plus en plus élevés lors d’un entretien d’embauche. Conséquence : pas moins de 7 managers sur 10 chargés du recrutement ont récemment dû augmenter le budget prévu pour l’engagement de certains candidats. « Proposer d’emblée un bon salaire est préférable à commencer par une proposition de salaire plus basse afin de garder une marge pendant les négociations. »

Engager les meilleurs candidats coûte de plus en plus cher (HRSquare)

 

Enquête StepStone : les candidats reçoivent rarement une réponse

On a peine à croire que se joue une ‘course aux talents’ quand on sait que moins d’un quart des candidats à l’emploi reçoivent une réponse dans les 45 jours. C’est pourtant la conclusion d’un sondage à grande échelle mené par StepStone. Un candidat doit postuler en moyenne 18 fois avant d’obtenir son premier entretien, et ce n’est qu’après 3 entretiens en moyenne qu’il reçoit une proposition de contrat. « Chers employeurs, essayez de vous mettre à la place d’un candidat ».

Seuls 24 % des candidats belges reçoivent une réponse à leur candidature (StepStone)

Les défis s’amoncellent pour les RH

Robert Half, qui vient de publier son nouveau Guide des Salaires, dresse un bilan des défis que les départements RH des entreprises belges sont appelés à relever. Les travailleurs et les demandeurs d’emploi sont loin d’être prêts pour l’Industrie 4.0. La guerre des talents ne cessera de s’intensifier. Par ailleurs, les travailleurs aspirent toujours davantage à de meilleures conditions de travail secondaires. Quelques solutions : la formation sur le terrain et une stratégie de rétention hors norme.

La quatrième révolution industrielle révèle un écart des connaissances  (Robert Half)

Le développement des talents récompensé

Une nouvelle étude réalisée par Acerta balaie un vieux malentendu. L'employeur qui se fait développeur de talents pour ses collaborateurs ne voit pas augmenter le roulement du personnel, mais est au contraire récompensé par une plus grande loyauté. Mieux connaître ou évaluer ses talents inciterait en effet à moins regarder ailleurs.

Connaître ses propres talents réduit de moitié la volonté de changer d’emploi (Acerta)

Dédaigner les candidats nuit à votre image

Une réponse malpolie ou l’absence de réponse à leur candidature pousse la moitié des demandeurs d’emploi à ne plus jamais vouloir avoir affaire avec l’entreprise en question, même comme client. C’est ce que révèle un sondage en ligne réalisé par Vacature.com et l’UGent. « Les employeurs concernés se causent énormément de tort. »

(uniquement en néerlandais) Sollicitanten slecht behandelen brengt u als werkgever ernstige schade toe (Vacature.com, article de fond illustré de nombreux graphiques)

Le marché flamand du travail pas au bout du tunnel

La pénurie sur le marché flamand du travail pourrait encore durer une décennie, annonce Steunpunt Werk (KU Leuven). Quelque 800 000 travailleurs de 50 ans et plus voient approcher leur pension, mais la relève n’est pas assurée. Les jeunes commencent souvent plus tard à travailler. Et dans les catégories intermédiaires, le taux d’activité atteint déjà 85 %. Il n’y a qu’en Suède qu’il est supérieur.

(uniquement en néerlandais) Leidt de hoge vervangingsvraag van 50-plussers tot een structurele krapte op de arbeidsmarkt (Steunpunt Werk - KU Leuven, avec lien pour télécharger le rapport en pdf, 3 p.)

La 'guerre des étudiants' a commencé

La recherche d’étudiants jobistes pour les grandes vacances bat son plein, signale Tempo-Team. L’explication ? Face à la difficulté de pourvoir les postes vacants, quatre employeurs sur dix font appel aux étudiants et aux stagiaires. C’est aussi un bon moyen pour déceler de jeunes talents.

4 entreprises sur 10 ont recours aux étudiants pour pallier la pénurie du marché du travail (Tempo Team)

La hiérarchie sous-estime l’impact d’un cancer

Le retour au travail n’est pas évident pour les anciens malades du cancer, comme le montre une étude néerlandaise. La compréhension et le soutien font rapidement place à des attentes aussi élevées que vis-à-vis des autres travailleurs. Or, leur organisme n’arrive pas à suivre, tant il a été mis à mal par la maladie et le traitement.

Le cancer a des effets tardifs : tenez-en compte (Idewe)

Werkgever scoort onvoldoende voor begrip ex-kankerpatiënt (Fédération néerlandaise des organisations de malades du cancer, communiqué de presse)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.