Real Time News
for Human Resources Governance

Moins de 6 % des travailleurs ont quitté spontanément leur emploi

Vous employez 20 collaborateurs ? Il y a donc de fortes chances pour qu’un collaborateur seulement ait décidé, en 2018, de sa propre initiative, de partir découvrir d’autres horizons. Le nouveau baromètre Securex de la rotation du personnel confirme - une fois encore - que le travailleur belge n’a pas la bougeotte et préfère la sécurité. « Le marché de l’emploi est complètement enlisé. »

Le marché du travail demeure enlisé, en dépit du nombre record d’emplois vacants (Securex, résumé, avec graphiques)

 

Les RH à la recherche de nouvelles compétences

En Belgique, l’automatisation n’entraînera à court terme aucune augmentation ou diminution du nombre global d’emplois dans le monde RH. Il est en revanche grand temps de développer de nouvelles compétences. Celles-ci doivent améliorer 1) la compréhension des comportements humains, 2) l’analyse et l’évaluation des données et 3) la stratégie et planification RH. 15 % des employeurs belges s’attendent à devoir augmenter leurs effectifs en raison de l’automatisation alors que 5 % d’entre eux pensent le contraire.

Tel est ce que révèlent les résultats belges de la troisième édition de l’étude menée par ManpowerGroup sur l’impact de la digitalisation sur l’emploi. Un article résumant ces constats a été publié.

Les employeurs prévoient d’augmenter ou de maintenir leurs effectifs sous l’effet de la digitalisation (ManpowerGroup)

Whitepaper sur l’étude globale (pdf, 12 pages, en anglais, téléchargement direct)

Les entreprises sont satisfaites des prestations RH

26/02/2019

Seul 1 employeur sur 4 contrôle le fonctionnement de son département RH. Et pourtant, celui-ci donne satisfaction. Le département RH est efficace et les collaborateurs RH connaissent leur métier, dixit les employeurs. La moitié des entreprises est en outre persuadée que leur département RH est prêt à relever les défis qui s’annoncent. Près de 4 entreprises sur 10 en sont toutefois moins convaincues.

Près de 4 entreprises sur 10 se demandent si leur département RH est prêt pour l’avenir (PRpro)

Votre équipe compte des perfectionnistes ? C’est tout sauf un cadeau !

Dans un article de synthèse bien utile, la Harvard Business Review résume 40 années de recherches consacrées aux perfectionnistes dans le monde du travail. Conclusion : les aspects négatifs sont plus importants qu’on ne le pensait. Les collaborateurs pointilleux ne sont généralement pas plus performants que leurs collègues et sont notamment plus sujets au burn-out. Or, ils sont de plus en plus nombreux. « Savoir comment réagir avec les perfectionnistes est devenu une priorité pour les managers. »

The Pros and Cons of Perfectionism, According to Research (Harvard Business Review)

Comment les RH peuvent-elles réagir à la sensibilité accrue au harcèlement ?

Tel qu’il ressort d’un sondage représentatif, les travailleurs n’ont jamais été aussi nombreux à évoquer des cas de harcèlement moral et sexuel ainsi que des agressions. Cette situation ne donne toutefois pas lieu à une augmentation parallèle du nombre de demandes d’intervention et de plaintes officielles. Mais il en résulte parfois un mécontentement à l’égard du chef direct parce qu’il « ne fait rien pour remédier à la situation ». Eva Praet (Securex): « Une surveillance, des conseils et un soutien de la part des managers sont essentiels. »

Les travailleurs belges, de plus en plus sensibles au comportement abusif au travail (Securex, présentation détaillée des résultats de l’enquête)

Priorité pour les RH : « learnability »

Exceller dans le recrutement et la gestion de collaborateurs présentant une capacité d’apprentissage et d’adaptation très développée s’impose comme la priorité numéro un pour les RH. Telle est la conclusion d’une enquête internationale réalisée par ManpowerGroup auprès de 19.000 employeurs. Ce constat s’explique par la nécessité pour les entreprises de gérer en les changements.

ManpowerGroup présente 15 nouvelles tendances du monde du travail (le Human Age) (ManpowerGroup, avec graphique)
(ManpowerGroup, avec graphique)

Les directions d'entreprises insatisfaites de la qualité de l’analyse des données RH

76 % des entreprises prévoient d’investir dans la technologie RH. Pas moins de 68 % accorderont la priorité à un système d’analyse de données. Interrogés sur le motif de ces investissements, les professionnels RH invoquent l’insatisfaction de leur direction quant aux prestations RH actuelles lorsqu’il s’agit de réaliser une analyse pertinente et dès lors utile des données concernant le personnel. Signalons aussi que la direction n’est que rarement satisfaite de l’approche de l’onboarding.

La moitié des professionnels des RH croient que direction et conseil d’administration sont insatisfaits de l'analyse des données RH (SD Worx)

Comment éviter le décrochage des collaborateurs les plus performants ?

18/01/2019

Une nouvelle enquête révèle que certains collaborateurs ont recours à diverses stratégies visant à mettre des bâtons dans les roues d’un membre de l’équipe manifestement plus performant qu’eux. Conseil des enquêteurs aux managers : rester attentifs et intervenir dès qu’ils constatent que le collaborateur phare est mis à l’écart ou qu’il montre des signes de mécontentement et de perte d’implication.

The Problem with Being a Top Performer - Research demonstrates the ways coworkers punish star employees (Scientific American via medium.com)

Le futur est déjà là, mais certains employeurs l’ignorent

Inspirer, motiver, oser admettre ses erreurs, faire preuve d’empathie : autant de dimensions pour lesquelles bon nombre de managers d’entreprises belges surestiment leurs compétences. Tel est ce que révèle une étude représentative réalisée par Securex. « L’époque du manager donnant ses instructions est définitivement révolue. »

Étude de Securex : 1 salarié belge sur 3 ne fait pas confiance à son manager (résumé de l'étude, avec graphiques, Securex)

Inciter le personnel à travailler jusqu’à 65 ans reste un défi

Trois quarts des travailleurs trouvent l’âge de la pension (65 ans) trop élevé. En fin de carrière, ils sont nombreux à aspirer à des tâches allégées et/ou à un rythme de travail moins intense. Peu d’employeurs répondent toutefois à ces attentes. La grande majorité des travailleurs refuse une perte salariale en échange de mesures destinées à leur assurer une fin de carrière en douceur.

Moins de la moitié des Belges acceptent de faire un pas en arrière pour travailler plus longtemps (Tempo-Team)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.