Real Time News
for Human Resources Governance

Trop chaud : du pain sur la planche pour les RH

Excepté à la côte et dans certaines régions de Flandre occidentale, il semble que le mercure va continuer de grimper. Cette vague de chaleur peut impliquer la prise de mesures autres que la simple distribution de boissons rafraîchissantes. En effet, si la chaleur excessive perdure pendant plus de 48 heures, vous serez légalement contraint d’instaurer un régime de présence limitée au poste de travail et de temps de repos.

Météo pour les prochains jours (IRM)

Chaleur excessive : quelles sont les mesures à prendre par l’employeur ? (Partena Professional)

Implications d'une canicule sur le lieu de travail (Ella / SD Worx)

Vague de chaleur : mesures à prendre sur le lieu de travail (Liantis)

Trop chaud au travail : à quoi devez-vous être attentif ? (Group S)

Pensez aux collaborateurs souffrant d’asthme

La température n’est pas le seul facteur influençant les prestations de travail. La teneur en ozone aussi joue un rôle important. Les collaborateurs présentant des problèmes respiratoires, comme l’asthme, seront incommodés à partir d’une certaine concentration d’ozone ; ils doivent absolument éviter de fournir des efforts importants. Les mesures et les prévisions peuvent être consultées sur le site de la Cellule interrégionale pour l’environnement (CELINE).

CELINE - Ozone (prévisions)

 

Mesurer les seuils de température sans thermomètre dit « globe humide »

En principe, l’employeur doit utiliser un thermomètre dit « globe humide » pour vérifier si les seuils impliquant la prise de « mesures appropriées » en cas de températures élevées sur le lieu de travail ont été atteints. Vous ne disposez pas d’un tel appareil ? Dans ce cas, appliquez les conseils et tableaux de conversion du SPF Emploi. Le SPF rappelle également les mesures qui s’imposent.

Comment mesurez-vous la température ? (SPF Emploi)

Hautes températures au travail (SPF Emploi)

Crédit-temps : le revers de la médaille

Les employeurs ont intérêt à bien préparer le crédit-temps ou congé thématique d’un collaborateur. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par Partena Professional auprès de 222 entreprises. De fait, les inconvénients de ces formules ne sont pas négligeables. L’absence temporaire (qui n’est pas toujours compensée par un remplacement) est souvent source de stress pour les collègues. Autre constat interpelant : seuls 8 % des employeurs estiment que le collaborateur concerné revient avec plus d’énergie ou une plus grande loyauté.

L’interruption de carrière est positive aux yeux des employeurs, mais il existe plusieurs points d’attention (Partena Professionnal)

Adaptation de la surveillance médicale périodique

Un AR adapte les règles concernant l’examen périodique. Désormais, cette surveillance comportera deux volets : l’évaluation périodique exécutée par le médecin du travail et les « actes médicaux supplémentaires » qui peuvent également être réalisés par des infirmiers/infirmières. La fréquence de l’examen dépend de la nature de la fonction. Vous trouverez un tableau récapitulatif dans l’AR.

Surveillance de la santé : changements en matière de périodicité (Securex)

Les formulaires se réfèrent-ils au Code ?

Le Code du bien-être au travail a été publié il y a deux ans déjà. Tous les formulaires et documents qui se référaient aux anciens arrêtés royaux devaient être adaptés. Sachez que si votre organisation ne s’est pas encore conformée à cette obligation, vous êtes en infraction depuis le 12 juin.

Vous vous référez déjà au Code du bien-être au travail ? (Idewe)

5 conseils pour inciter vos collaborateurs à bouger (au sens propre)

Bouger est vital. Les travailleurs qui  font de l’exercice sont plus performants. Mais comment inciter vos collaborateurs à s’éloigner de temps à autre de leur ordinateur ? Un médecin spécialiste donne quelques précieux conseils pratiques sur le site Web d’Attentia. Une politique en matière d’activité physique s’impose. Pensez, entre autres, aux jeunes collaborateurs qui passent de longues heures devant leur écran ; ils risquent des affections provoquant des douleurs modérées à fortes.

Ne restez pas inactif. Vous aussi, incitez vos collaborateurs à bouger davantage pendant les heures de travail (Attentia)

La position assise non ergonomique coûte cher

Près de la moitié des employés de bureau souffrent de problèmes physiques liés au travail. Tel est ce que révèle un sondage réalisé par Liantis. La position assise non ergonomique entraîne des douleurs et génère un coût non négligeable pour l’employeur. Les travailleurs qui souffrent de douleurs à la nuque, au dos, aux épaules ou aux mains totalisent, en moyenne, 21,5 jours d’incapacité de travail. Ces absences coûtent facilement la somme de 3.000 euros à l’employeur.

Les absences pour cause de douleurs physiques coûtent chaque année 3 159 euros en moyenne par employé (Liantis)

Tableau de bord concernant le bien-être sur le lieu de travail

La vague de burn-outs à laquelle doit faire face la Belgique est un drame humain, social et matériel. Healthy Workers est une appli RH qui fournit aux employeurs un tableau de bord destiné à mesurer le bien-être des collaborateurs ou l’absence de bien-être. Certains capteurs fournissent des données claires concernant l’environnement de travail physique (bruit, qualité de l’air ...). Les collaborateurs, quant à eux, fournissent des informations concernant, notamment, les facteurs qui contribuent au stress. L’appli combine l'ensemble de ces données et donne des conseils d’amélioration compte tenu des connaissances scientifiques.

Healthy Workers (en anglais)

Healthy Workers (en néerlandais)

4.000 euros pour l’employeur bruxellois qui réserve une place dans une crèche

En Région de Bruxelles-Capitale, les petites et moyennes entreprises peuvent réserver des places dans une crèche pour les enfants de leur personnel. Cette mesure a été réformée en profondeur. L’une des nouveautés concerne la prime que l’entreprise perçoit lorsque l’enfant du travailleur occupe effectivement la place réservée. Le montant a été porté de 3.000 à 4.000 euros.

Bruxelles réforme la prime d'accueil de la petite enfance (Ella / SD Worx)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.