Real Time News
for Human Resources Governance

Les primes de fin d’année en questions

Décembre approche et vous souhaitez mettre à jour vos connaissances sur les primes de fin d’année. Group S publie une Foire aux Questions étendue. Il n’y a pas de prime de fin d’année dans votre entreprise ? Vous trouverez dans cette FAQ une réponse à la question de savoir comment vous pouvez octroyer une prime unique sans être lié pour l’avenir.

Primes de fin d’année : FAQ (Group S)

Les voitures de société creusent l’écart salarial

Une femme a deux fois moins de chance qu’un homme de recevoir une voiture de société. C’est ce que révèle une analyse de 100 000 fiches de paie réalisée par Partena Professional. Et même si l’écart salarial tend à se réduire, les femmes continuent à gagner moins. Chez les employés qualifiés, la différence s’élève à 15 %. Chez les plus de 50 ans, une femme gagne en moyenne 650 euros bruts de moins par mois.

L’écart salarial coûte en moyenne 500 euros par mois aux femmes (Partena Professional)

Avantages : 57 % souhaitent avoir voix au chapitre

En Belgique, seuls 9 % des employeurs permettent à leurs collaborateurs de choisir leurs avantages extralégaux. Pourtant, 57 % des travailleurs sont demandeurs. S’ils disposaient, en sus de leur salaire, d’un budget fixe pour choisir les avantages qui leur conviennent, leur top 3 serait le suivant : chèques-repas, épargne-pension individuelle et jours de congés annuels supplémentaires. Tels sont les résultats d’une étude réalisée par SD Worx. Les préférences varient en fonction de l’âge et du profil.
 
Plus de la moitié des employés belges sont en faveur d'un package salarial flexible (SD Worx)

Les actions accordées de l'étranger n'échapperont plus à l'ONSS

Bien que la notion de rémunération n’ait pas été légalement modifiée, l’ONSS a élargi sa propre définition - reste à voir comment réagiront les juges. Concrètement, l’employeur belge sera désormais redevable de cotisations sociales sur les actions accordées à ses travailleurs par une société mère étrangère, et ce même si la filiale belge n’a joué aucun rôle dans cette attribution.

L’ONSS élargit sa définition de la notion de rémunération (Securex)

Quel est le coût réel de la prime bénéficiaire ?

Vous êtes à la recherche d’un instrument de motivation ? L’exercice comptable touche, chez vous aussi, probablement à sa fin. L’occasion de passer sous la loupe la prime bénéficiaire dont le succès se confirme de jour en jour. Sachez que l’entreprise doit faire 2.000 euros de bénéfices pour que le travailleur puisse percevoir une prime nette de l’ordre de 1.150 euros. C’est ce qui ressort d'un calcul par Securex.

La clôture de votre exercice comptable approche ? Avez-vous déjà réfléchi aux primes bénéficiaires ? (Securex)

 

(Securex)

Salaires et avantages extralégaux en hausse

En un an, les salaires mensuels ont augmenté à hauteur de 4 à 5 pour cent pour atteindre en moyenne 3.329 euros bruts. Le revenu médian s’élève précisément à 3.000 euros. Le nombre d’avantages extralégaux par travailleur est passé à 4,5 en moyenne. Les plus fréquents sont les  chèques-repas, l’assurance hospitalisation, l’assurance de groupe, les écochèques et le Gsm ou smartphone. Tel est ce que révèle le Loonwijzer de Jobat établi sur la base d’un sondage mené auprès de 20.000 travailleurs.

Belg verdient 3.329 euro bruto per maand (Jobat)

Les PME entendent motiver via des solutions de mobilité

La moitié des PME comptant jusqu’à 100 travailleurs prévoient d’accorder, en 2019, une augmentation salariale ou un avantage renforçant le pouvoir d’achat à (une partie de) leur personnel. Telle est la conclusion d’une enquête menée par SD Worx. Les dirigeants d’entreprise envisagent surtout des solutions de mobilité. Voici le top 5 des composantes salariales auxquelles ils s’intéressent : vélos électriques, bike mobility (vélos d’entreprise), internet@home, prime bénéficiaire et budget mobilité.

Un quart des PME belges prévoient d’introduire des avantages extralégaux ou la rémunération flexible en 2019 (SD Worx)

Des CCT sectorielles interdisent l’épargne-carrière

Épargner des heures supplémentaires ou des jours de congé pour plus tard ? Ce principe semblait être bien accueilli. Un an et demi après l’entrée en vigueur de la loi Peeters, rien n’a encore été mis en place. Seules des entreprises du secteur de l’habillement et de la confection ont voulu instauré le régime de l’épargne-carrière. Les commissions paritaires compétentes le leur ont interdit. Les CCT adoptées sont valables 1 an.

Encore un peu de patience pour l’épargne-carrière ! (Partena Professional)

Lire aussi : Épargne-carrière : la loi Peeters entre en vigueur (HR Alert, 26 janvier 2018)

Pas de chèques-repas dans 72 % des entreprises

Seuls 28 % des employeurs octroient des chèques-repas, soit moins que ce que l’on aurait pu imaginer. Ceux-ci sont généralement à la tête d’entreprises plus importantes, ce qui explique pourquoi 40 % des employés et 16 % des ouvriers peuvent présenter cet ‘argent’ (para)fiscalement avantageux aux caisses des supermarchés ou dans les restaurants.

1 travailleur belge sur 3 reçoit des chèques-repas (Acerta)

We use cookies on our website to support technical features that enhance your user experience.

We also use analytics & advertising services. To opt-out click for more information.